Think thank sur les politiques publiques dans le secteur agricole et rural en Afrique de l’Ouest

Accueil / Actualités / Nouvelles de l’Ipar / Un moment fort d’échanges et de débats

Un moment fort d’échanges et de débats

1er juin 2014

La restitution des résultats de l’étude RuralStruc et le lancement du Plan Stratégique de l’IPAR ont eu lieu les 22 et 23 juin 2010 à l’Hôtel Ngor Diarama. Cette rencontre a réuni près de 80 participants, représentant l’Etat et ses démembrements, les universités et centres de recherche, la société civile, les organisations professionnelles agricoles, les partenaires techniques et financiers et les medias.

L’objectif de cette rencontre, placée sous la présidence du Ministère de l’Agriculture, représenté par Ndiobo Diène, conseiller technique du Ministre, était de présenter les résultats et enseignements importants de ce programme, qui a porté sur l’analyse des changements structurels de l’agriculture et du monde rural.

Les principaux résultats de cette étude ont mis l’accent sur les défis qui attendent le Sénégal. Le pays doit en effet aborder en même temps sa transition démographique et sa transition économique, et faire face à l’arrivée massive de jeunes actifs chaque année (plus de 150 000 emplois à créer). Ces constats ont fortement interpellé les participants. D’autre part, le niveau de pauvreté généralisée au niveau des ménages ruraux (disposant de moins de 1 dollar par jour par personne) a également conduit à s’interroger sur l’efficacité et la pertinence des orientations fixées jusqu’à présent par les pouvoirs publics et la communauté internationale.

Au cours des travaux de groupe, des pistes ont été proposées pour tenter de mieux saisir les opportunités existant au niveau des différentes filières et des territoires avec le développement d’activités non agricoles. Quelques constats et recommandations ont été formulés à l’intention des pouvoirs publics et des partenaires techniques et financiers, à savoir :

  • la nécessité de réformes institutionnelles (poursuite des efforts de mise en oeuvre de la LOASP, réforme foncière) ;
  • le développement des investissements immatériels (recherche, formation, appui à l’innovation) ;
  • la promotion d’approches globales au niveau des filières, en impliquant l’ensemble des acteurs concernés ;
  • l’importance d’opérer des choix face aux changements structurels en cours (promotion des activités et filières créatrices d’emplois, rééquilibrage de l’aménagement du territoire à travers des investissements structurants, mise en place d’une politique d’appui à la diversification et d’instruments permettant de lever les risques qui bloquent l’initiative en milieu rural, etc.)

Parmi les participants, on note entre autres, la présence des différents bailleurs ayant permis la réalisation et la publication de cette étude :

  • Monsieur Moctar Thiam, adjoint au directeur des opérations de la Banque Mondiale
  • Monsieur Bruno Losch, coordinateur principal du programme RuralStruc à la Banque Mondiale Washington,
  • Madame Marie-Cécile Thirion, de l’AFD/Paris, présidente du comité de pilotage du programme,
  • Monsieur Jean-Christophe Pecresse, directeur adjoint de l’AFD Dakar,
  • Monsieur Ghachem Kadari, chargé de programme Afrique au FIDA,
  • Monsieur Jean-Michel Berges, du SCAC/Ambassade de France,
  • Monsieur Diakalia Sanogo, représentant de la directrice régionale du CRDI.

Voir les rapports de l’étude [RuralStruc->42]
Voir la [revue de presse->211] des journaux ayant relayé l’évènement.
Voir l’entretien de [Bruno Losch->212] sur le programme RuralStruc
Consultez aussi le dossier [->rub14]